Présentation de l’éditeur : « En réunissant des chercheurs, des praticiens et des essayistes, même si la dominante reste universitaire, la collection Logiques Sociales entend favoriser les liens entre la recherche non finalisée et l’action sociale. En laissant toute liberté théorique aux auteurs, elle cherche à promouvoir les recherches qui partent d’un terrain, d’une enquête ou d’une expérience qui augmentent la connaissance empirique des phénomènes sociaux ou qui proposent une innovation méthodologique ou théorique, voire une réévaluation de méthodes ou de systèmes conceptuels classiques. »

Fondateur : Dominique Desjeux

Directeur de collection : Bruno Péquignot

Note : cette bibliographie ne comprend que les titres portant en tout ou en grande partie sur la littérature.

Allam, Malik. Journaux intimes. Une sociologie de l’écriture personnelle, préface de Philippe Lejeune, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2000.

Ancel, Pascale et Pessin, Alain (dir.). Les non-publics. Les arts en réception, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2004, 2 vol. ; Volume 1 : Bruno Péquignot, « Ça, c’est du Picasso… », p. 11-36 ; Sabine Lacerenza, « L’émergence du “non-public” comme problème public », p. 37-54 ; Laurent Fleury, « L’invention de la notion de “non-public” », p. 53-82 ; Jean-Pierre Esquenazi, « Structure du champ de la réception : publics et non-publics », p. 83-100 ; André Ducret, « Les manières de recevoir : à quoi sert encore Adorno ? », p. 101-123 ; Bruno Etienne, « Situations artistiques et situations de réception : la musique dans tous ses états », p. 127-144 ; Philippe Le Guern, « Du “grand public” au “non-public” : la sociologie de la télévision », p. 145-164 ; Franck Léard, « Une relation non impliquante à la musique : l’exemple des clubbeurs », p. 165-184 ; Katia Roquais-Bielak, « L’opéra et son public : présences médiatiques et engagements institutionnels », p. 185-197 ; Cécile Benoist, « Détournement de public. L’heure du conte dans les bibliothèques pour enfants », p. 201-216 ; Soazig Hernandez, « Le conteur et l’écoute turbulente », p. 217-234 ; Sylvie Guionnet, « Jamais tout à fait les mêmes… », p. 235-250 ; Christian Vogels, « L’improbable et l’Arlésienne. Les “Non-Publics” de la poésie contemporaine », p. 251-272 ; Volume 2 : Martine Duquesne, « Fauves au Jardin d’Eden. La peinture en réception à Collioure, “petit port de pêche” », p. 11-32 ; Jean-Paul Fourmentraux, « Internet en réception(s) : les provinces de l’art », p. 33-48 ; Jan Marontate, « Le vécu inattendu comme défi au statut artistique de l’œuvre : l’art public non controversé », p. 49-66 ; Martine Azam, « La pluralité des rapports à l’art : être plus ou moins public », p. 67-84 ; Jeffrey Halley, « Culture, politique et vie quotidienne : Dada et l’expérience du choc », p. 85-106 ; Alain Quemin, « Art contemporain, publics et non-publics : des connaissances limitées », p. 107-132 ; Jean-Marc Leveratto et Violette Nemessany, « Les femmes, le dessin et la culture », p. 133-149 ; Patrick Perez, Fabienne Soldini et Philippe Vitale, « Non-publics et légitimité des pratiques : l’exemple des bibliothèques publiques », p. 155-172 ; Mary Léontsini, « L’école et la lecture : la fabrication de non-lecteurs », p. 173-192 ; Sylvia Girel, « L’art contemporain, ses publics et non-publics : le paradoxe de la réception face aux nouvelles formes de création », p. 193-212 ; Sophie Le Coq, « De la notion des non-publics de l’art à une analyse de la transmission/réception d’art », p. 213-230 ; Emmanuel Ethis, « Les non-publics n’existent pas ! », p. 231-248 ; Catherine Dutheil, « La Fête de la musique ou l’utopie sonore », p. 249-262 ; Alain Pessin, « Publics et non-publics lycéens face à une politique d’incitation culturelle », p. 263-276 ; Guy Bellavance, « Non-publics et publics cultivés. Le répertoire culturel des élites », p. 277-316 ; Jean-Olivier Majastre, « Le duo Parpour et la sérendipité », p. 317-323.

Ancel, Pascal, Dutheil, Catherine et Pessin, Alain. Rites et rythmes de l’œuvre, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2005, 2 vol.

Angers, Stéphanie et Fabre, Gérard. Échanges intellectuels entre la France et le Québec (1930-2000). Les réseaux de la revue Esprit avec La Relève, Cité libre, Parti Pris et Possibles, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2005.

Bastide, Roger. Art et société, préface de Jean Duvignaud, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1997 (1977).

Becker, Howard. Propos sur l’art, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1999.

Becker, Howard. Paroles et musique, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2003.

Berardi, Jean-Charles. Prolégomènes à une sociologie de l’art. Les formes élémentaires de l’échange artistique et son procès, préface de Nicole Ramognino et Constance De Gourcy, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2009, 2 vol.

Bernié-Boissard, Catherine (dir.), en collaboration avec Valérie Arrault. Espaces de la culture. Politiques de l’art, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2001 ; Catherine Bernié-Boissard, « Culture et pratiques culturelles : instrumentalisation et/ou intégration », p. 7-22 ; François Mancebo, « Barcelone et les Pyrénées, une histoire d’amour non dénuée d’intérêts : l’instrumentalisation des cultures pyrénéennes au service d’un pôle urbain », p. 25-46 ; Raymond Perrot, « Pour une appropriation d’un espace de diffusion artistique dans la Moyenne Vallée de l’Hérault », p. 47-60 ; Sonja Kellenberger, « Pratiques artistiques et formes d’engagement politique en milieu urbain », p. 61-88 ; Lydie Pearl, « Internationalisation et processus artistique », p. 89-96 ; Claude Chastagner, « Musique et Internet : du contrôle de la distribution à celui du consommateur », p. 97-106 ; Elena Dapporto et Dominique Sagot-Duvauroux, « Artistes de rue et édiles : mariage d’amour ou mariage de raison ? », p. 107-128 ; Marie Vanhamme, « Friches industrielles, friches culturelles : appropriation ou transmission ? », p. 129-144 ; Fabrice Raffin, « Espace appropriable et quartier en lisière du politique », p. 145-162 ; Rémy Spengler, « Les pratiques artistiques en émergence », p. 163-172 ; Sophie Le Coq, « Esquisse d’une contribution sociale des artistes », p. 173-184 ; Philippe Rivière et Philippe Choulet, « Changement de société, changement d’art », p. 185-206 ; Alain Troyas, « Instrumentalisation idéologique et art contemporain », p. 207-228 ; Valérie Arrault, « Autonomie de l’art et instrumentalisation : une antinomie illusoire », p. 229-244 ; Jean-Philippe Domecq, « Spéculation économique et intellectuelle dans la mondialisation du marché de l’art », p. 245-254 ; Nathalie Moureau, « Formation des valeurs sur le marché de l’art contemporain », p. 255-292 ; Françoise Liot, « Politiques de soutien à la création et internationalisation des valeurs. La production d’un art discursif », p. 293-306 ; Constant Kaïmakis, « Art, Culture et Politique : quels enjeux pour la démocratie culturelle ? », p. 307-324 ; Geneviève Zola, « Identité culturelle et intégration sociale : quelques enjeux », p. 325-344 ; Emmanuel Souffrin, « La recherche de légitimation d’une quotidienneté réunionnaise au travers des actions d’insertion par la culture », p. 345-356 ; Alain Marchand, « Travail de l’art et mouvement social », p. 357-394.

Bousquet-Verbeke, Lysiane. Les dédicaces. Du fait littéraire au fait sociologique, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2004.

Brunet, Manon et Lanthier, Pierre. L’inscription sociale de l’intellectuel, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2000.

Christias, Panagiotis. Littérature et société entre anciens et modernes. Les chemins d’Ulysse, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2007.

Constantopoulou, Christiana (dir.). Récits et fictions dans la société contemporaine, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2011 ; Pierre Bouvier, « Storytelling, récit, proximité et fausse conscience », pp. 19-28 ; Raul-Enrique Rojo, « L’armée argentine supposée accoucheuse de la patrie : story-telling militaire ? », p. 29-44 ; Svetlana Dimitrova, « Rester dans l’espace intellectuel après 1989. Une posture autobiographique », p. 45-60 ; Daniel Roventa-Frumusani et Adriana Stefanel, « Identité narrative et identité discursive des femmes politiques roumaines », p. 61-84 ; Olivier Chantraine, « Performance d’un récit et espace public à l’université : analyse d’un cas dans le cadre des nouvelles procédures universitaires d’évaluation », p. 87-94 ; Marianna Psilla et Maria Chalevelaki, « Mise en récit d’un événement pré-électoral et sa construction à travers la presse écrite », p. 95-120 ; Marie-Chantal Doucet, « Travailler sur soi par le récit, une sociologie de la connaissance subjective », p. 121-150 ; Gaëtan Absil, Chantal Vandoorne et Laurence Fond-Harmant, « L’écriture de nous, autobiographie collective contre les fictions sociales de stigmate », p. 151-173 ; Aurore Van de Winkel, « Du story telling à story victim : quand le récit se retourne contre l’organisation », p. 177-206 ; Fiorenza Gamba, « Imago mundi : à propos des récits contemporains », p. 207-222 ; Marina D’Amato, « Les nouveaux mythes du fantastique », p. 223-244 ; Christiana Constantopoulou, « Récits apocalyptiques et imaginaire contemporain », p. 245-264 ; Christiana Constantopoulou, « Le “syndrome narratif” », p. 265-266.

Cosset, Pierre-Laurent et Grafnetterova, Lenka. L’engagement de l’axiologie nationale dans la lecture d’un roman. Étude de cas à partir d’une enquête comparative des lectures tchèque, française et allemande du roman de Bohumil Hrabal Moi qui ai servi le roi d’Angleterre, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2009.

Dandani, Mohamed. Les pratiques de lecture du collège à la fac, préface de Roger Establet, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1998.

Deniot, Joëlle et Pessin, Alain (dir.). Les peuples de l’art, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2006, 2 vol. ; Volume 1 : Isabelle Papieau, « Le graffiti : art brut ou esthétique de l’ancrage ? » ; Claude Javeau, « Le bricolage de l’esthétique des décors quotidiens » ; Anne Chate, « Les noms de maisons, entre signes et signatures » ; Carole Launai, « De la bricole à l’œuvre : la création d’objets en milieu populaire » ; Fabienne Laurioux, « La valse à l’envers : petites observations ethnographiques d’une danseuse sociologue… » ; Isabelle Charpentier, « Réseaux de sociabilité, circulation matérielle et symbolique des produits culturels en milieu populaire » ; Nathalie Halgand, « La passion de l’objet : le cas de l’automobile. Des œuvres d’art sur quatre roues » ; Joëlle Deniot, « Elles s’appelaient Rosé, Nina, Pauline ou Louise… » ; Eve Brenel, « L’apprentissage des chanteurs de flamenco : de la fête à la scène, devenir “bon aficionado” » ; Soazig Hernandez, « Le conte spectacle : un art entre intimité et visibilité » ; Sylvain Fagot, « La figure populaire du clown pour une histoire populaire » ; Gérôme Guibert, « Reste-t-il une place pour une expression musicale de la jeunesse populaire ? » ; Virginie Péan, « L’enthousiasme à l’épreuve du temps : les jeunes plasticiennes nantaises et leurs créations » ; Sylvain Maresca, « Le recyclage artistique de la photographie amateur » ; Bruno Péquignot et Alain Pessin, « Que mettons-nous sous la notion de peuple ? » ; Olivier Majastre, « À la recherche de l’objet perdu » ; Volume 2 : Jean-Philippe Chimot, « Daumier, Tardi, Watkins : comment montrer le peuple ? » ; Anne-Sophie Petit-Empatz, « Paul Klee : quelles figures pour quel peuple ? » ; Thierry Roche, « Les Indiens à la difficile reconquête de leur image » ; Christian Vogels, « Les cathos du café » ; Christophe Lamoureux, « “Nous avons gagné ce soir…” : le peuple et ses champions dans le cinéma de boxe » ; Jean-Pierre Esquenazi, « Peuples sériels » ; David Morin-Ulmann, « Du grand public aux amateurs de l’exubérance : Scarface, une figure savante du populaire » ; Dominique Loiseau, « La classe ouvrière va-t-elle encore au paradis ? Notes sur quelques films récents » ; Catherine Dutheil, « Francis Carco, un passeur de peuple » ; Fabienne Soldini, « Les lecteurs de fantastique : pratiques hiérarchisée au sein d’une littérature de masse » ; Sandrine Gilbert, « Les “ouvriers” de Rimbaud : figure de l’adolescent, figure de l’insurgé… » ; Clara Lévy, « Les figures populaires dans l’œuvre littéraire d’Albert Cohen » ; Stéphanie Tralongo, « Des lectures qui aident à vivre : les réceptions de l’œuvre de Christian Bobin » ; Christine Dussud, « Les antihéros du théâtre de Samuel Beckett : peuple ou condition humaine » ; Florent Gaudez, « Du “Che” au “Sub” via “L’enchanteur” : l’imaginaire et la révolution chez Julio Cortàzar, de la “Réunion” à “¡ Ya basta !” » ; Laurent Fleury, « Le public populaire du T.N.P. de Vilar : une catégorie réalisée » ; Jeffrey A. Hallez et Avelardo Valdez, « Les intellectuels organiques et la culture “ethnique-populaire” : vers un modèle alternatif de centre culturel et artistique communautaire » ; Dominique Cochart-Coste, « La braderie de l’art de Roubaix : une réappropriation ouvrière ? » ; Linda Idjeraoui, Jean Davallon et Marie-Sophie Poli, « Peut-on encore parler de dimension esthétique dans les musées dits “musées de société” ? » ; Philippe Le Guern, « De l’amour de l’art ou du… : les fans, un objet problématique pour la sociologie de la culture et des médias » ; Isabelle Kaufmann, « Eléments pour une histoire des relations entre le politique et la danse hip-hop ».

Dreyer, Emmanuel et Le Floch, Patrick (dir.). Le lecteur. Approche sociologique, économique et juridique, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2004.

Dubois, Jérôme. La mise en scène du corps social. Contribution aux marges complémentaires des sociologies du théâtre et du corps, préface de Michel Maffesoli, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2007.

Dubois, Jérôme. Les usages sociaux du théâtre hors ses murs. École, entreprise, hôpital, prison, etc. Témoignages et analyses, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2011.

Ducret, André et Moeschler, Olivier (dir.). Nouveaux regards sur les pratiques culturelles. Contraintes collectives, logiques individuelles et transformation des modes de vie, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2011 ; André Ducret et Olivier Moeschler, « La sociologie à l’épreuve des “pratiques culturelles” et vice-versa » ; Laurent Fleury, « “Mesurer” les pratiques culturelles : les enjeux épistémologiques et idéologiques des choix méthodologiques » ; Alain Quemin, « L’évolution des résultats et des méthodes des enquêtes sur les publics sous l’œil du sociologue : trente ans d’études du Centre Georges Pompidou à Paris » ; Olivier Moeschler et Stéphanie Vanhooydonck, « Vers un changement de paradigme dans l’étude des “pratiques culturelles” ? Retour sur la première enquête nationale depuis vingt ans en Suisse » ; Jacqueline Eidelman et Benoît Ceroux, « Sociologie de la gratuité. Musées et monuments en France : la mobilisation inattendue des visiteurs » ; Aurélien Djakouane, « Des spectateurs sous influence : pratiques culturelles et sociabilités » ; Olivier Thevenin, « Regards croisés sur les pratiques de visite des musées : le cas de Besançon » ; Mischa Piraud et Luc Gauthier, « La consommation culturelle comme processus de construction identitaire : l’exemple du programme 20 ans/20 francs à Genève » ; Nathalie Montoya, « Expérience des œuvres et carrières d’amateurs. Pour une analyse du temps long des pratiques culturelles » ; Viviane Albenga, « L’individuation par les pratiques de lecture : (en)jeux de classe et de genre » ; Frédéric Lamantia, « L’outil cartographique – une approche transversale pour analyser la place de phénomènes culturels dans la société et leurs effets sur le territoire » ; Andrea Glauser et Michael Gautier, « Dos aux graffitis. De la culture visuelle du soi artistique » ; Valérie Rolle, « De l’étude des tatoués à celle des tatoueurs. Les apports d’un retournement de la focale sur l’analyse d’une pratique » ; Léonor Graser, « Pour une sociologie des expériences littéraires. Enquête sur les parcours de romanciers parisiens du XXIe siècle ».

Dutheil Pessin, Catherine. La chanson réaliste. Sociologie d’un genre, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2004.

Duvoux, Astier. La société biographique : une injonction à vivre dignement, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2006.

Ellena, Laurence. Sociologie et littérature. La référence à l’œuvre, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1998.

Fabiani, Jean-Louis. Après la culture légitime. Objets, publics, autorités, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2007.

 

Fabre, Gérard. Pour une sociologie du procès littéraire. De Goldmann à Barthes en passant par BakhtineParis, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2001.

 

Fagot, Sylvain et Uzel, Jean-Philippe (dir.). Énonciation artistique et socialité, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2006 ; Jean-Pierre Esquenazi, « Énonciation et socialité : l’œuvre double » ; Bruno Péquignot, « Les effets de l’œuvre » ; Jocelyne Lupien, « Sensation, perception, représentation : l’art comme expérience sensible » ; Florent Gaudez, « L’intersubjectivité à l’œuvre : pour une sémio-anthropologie du Texte littéraire » ; Florence Vatan, « Madame Bovary, l’autopsie d’un scandale » ; Alain Pessin, « Imaginaire, création, convention : une approche des temporalités de la création artistique » ; Marie-Dominique Popelard, « Les deux socialités de l’énonciation artistique » ; Pierre Ouellet, « L’art de la déliaison : socialité et sensibilité » ; Daniel Vander Gucht, « Figures de l’engagement citoyen de l’artiste : entre activisme politique et art relationnel » ; Ève Lamoureux, « Quand les artistes visuels réinvestissent le social » ; Antony Wall, « Scènes d’énonciation dans les Salons : Jean-Baptiste Greuze revu et corrigé par Denis Diderot » ; Jean-Philippe Uzel, « La socialité des beaux-arts » ; Corinne Streicher, « La statue antique du Laocoon : un lieu de l’imaginaire des cultures » ; Jean-Louis Fabiani, « Pourquoi certains intellectuels ont-ils tant aimé le music-hall ? » ; Catherine Dutheil-Pessin, « Le P’tit bal du samedi soir : nostalgie et mémoire collective » ; Ève Brenel, « L’être flamenco : entre l’acte musical et les circonstances musicales, production d’une socialité artistique » ; Pascal Jacob, « Les arts du cirque en France : une exception culturelle à la croisée des chemins » ; Sylvain Fagot, « Le cirque québécois : “Les enjeux de la performance” » ; Howard S. Becker et Robert R. Faulkner, « Le répertoire de jazz ». 

Gaudez, Florent. Pour une socio-anthropologie du texte littéraire. Approche sociologique du Texte-acteur chez Julio Cortazar, préface de Bruno Péquignot, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1997.

Gaudez, Florent (dir.). Sociologie des arts, sociologie des sciences, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2007, 2 vol. ; Volume 1 : Jean-Olivier Majastre, « Sociologues, encore un effort pour être scientifiques » ; Anne Sauvageot, « L’émotion esthétique : du sens commun aux modèles scientifiques » ; Bruno Péquignot, « Anomie et rupture : une fonction sociale commune du savant et de l’artiste ? » ; Jacques Leenhardt, « Dispositif démonstratif et réflexion artistique » ; Florent Gaudez, « Esthétique et intuition dans le procès de connaissance. La question de l’expérience de pensée dans la fiction littéraire et le récit scientifique » ; Cécile Leonardi, « Le sociologue à l’œuvre » ; Nathalie Montoya, « Une sociologie de l’émotion esthétique est-elle possible ? » ; Patricia Vannier, « Quand les sociologues voulaient construire une science de la littérature. Contribution à une histoire des relations entre sociologie et littérature » ; Emmanuelle Sebbah, « Quand la sociologie des sciences se saisit de la sociologie de l’art » ; Laurent Fleury, « “Révolutions artistiques” et “révolutions scientifiques” : les impensés d’une communauté sémantique » ; Alain Quemin, « L’art plus fort que la science ? L’affrontement entre expertise stylistique et expertise scientifique dans une querelle sur l’authenticité d’une œuvre d’art : l’affaire Sésostris III » ; Morgan Jouvenet, « L’individu et le collectif des musiques rap et électroniques. Questions de sociologie des arts, questions à la sociologie des sciences » ; Olivier Moeschler, « Controverses cinématographiques au pays de Heidi. Le “Nouveau cinéma suisse” et la construction discursive de la valeur des films » ; Pierre Verdrager, « La reconnaissance en art et en science » ; Izabela Wagner, « Les carrières couplées dans les mondes professionnels » ; Béatrice Milard, « La mise en forme des publications scientifiques : entre routines, contraintes et organisation de l’expérience collective » ; Eric Dagiral et Laurent Tessier, « Téléchargement et culture potentielle : du changement des modes d’accès au changement des pratiques » ; David Pontille, « Générique de noms et évaluation du travail scientifique » ; Thomas Basset et Olivier Pilmis, « À la marge du marché du travail ? Le bénévolat chez les comédiens et les développeurs de logiciels libres » ; Hervé Terrai, « La re-connaissance du Lycosthènes toulousain » ; Volume 2 : Michel Grossetti, « Mondes de la science et spécialités artistiques. Réflexions sur les formes collectives dans les activités de création » ; Claude Rosental, « Exhiber ses créations » ; Bernard Cahier, « Les réductions créatrices : l’exemple de la gamme tempérée » ; Delphine Saurier, « L’œuvre littéraire et ses créateurs. La Recherche du Temps perdu comme co-construction » ; Delphine Dejeans, « La part du sensible dans l’expérience scientifique. Les mondes de la spiruline » ; Anthony Pecqueux, « De l’épistémologie du travail scientifique à la sociologie des modes de présence aux œuvres. Quelques usages de Michael Polanyi » ; Arnaud Saint-Martin, « Expérience et théorie esthétiques dans les sciences : le cas de la cosmologie théorique » ; Franck Léard, « La rationalisation scientifique et technique du concert rock : le rôle de l’ingénieur du son » ; Marc Perrenoud, « Figures du musicien : du forgeron à l’architecte. Évolution des dispositifs techniques de l’apprentissage et de la pratique des “musiques actuelles” » ; Odile Blin, « Le crocodile est dans la salle de conférences (introduction à une anthropologie symétrique africaine) » ; Diane Crane, « Outils théoriques pour relier la science et l’art : Exemples issus de la sociologie de l’art et de la science » ; Catherine Dutheil Pessin, « Mathématiques, musique, langage » ; Dominique Vinck,  « Que pourrait être une sociologie de l’équipement ? » ; Laurence Ellena, « Tendances et évolution des travaux sur les rapports entre sociologie et littérature » ; Fabienne Soldini et Sylvia Girel, « La mort, la science et l’art : l’esthétique du macabre dans la littérature policière et les arts plastiques » ; Léonie Henaut, « Ce que les controverses nous apprennent sur l’activité de restauration des peintures au musée du Louvre » ; Annick Jaccard-Beugnet, « Les relations entre l’art et la science racontées aux enfants : le livre “Science et art” paru chez Seuil Jeunesse » ; Jan Marontate, « La science au service de l’art : la transformation des principes de préservation du patrimoine artistique au musée, 1930-2004 » ; Jean-Paul Fourmentraux « Gouverner l’innovation artistique. Le cas HEXAGRAM (Montréal, Canada), un projet d’interface entre arts et sciences » ; Laure De Verdalle et Myrtille Roy-Vallex, « Arts, sciences, nouvelles technologies. Le travail de création artistique sur les marchés du multimédia » ; Antoine Hennion, « Réflexivités. Le sociologue et le goût ».

Girel, Sylvia. Sociologie des arts et de la culture. Un état de la recherche, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2006.

Girel, Sylvia et Proust, Serge. Les usages de la sociologie de l’art. Constructions théoriques, cas pratiques, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2007.

Guillemin, Alain, en collaboration avec Frédéric Grao. À la recherche du meilleur des mondes. Littérature et sciences sociales, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2006.

Heller, Karin. La bande dessinée fantastique à la lumière de l’anthropologie religieuse, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1998.

Horellou-Lafarge, Chantal et Segré, Monique. Regards sur la lecture en France. Bilan des recherches sociologiques, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1996.

Jan-Ré, Mélody. Le genre à l’œuvre, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2012, 3 vol.

Jarrot, Sabine. Le vampire dans la littérature du XIXe au XXe siècle, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2000.

Józsa, Pierre et Leenhardt, Jacques. Lire la lecture. Essai de sociologie de la lecture, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1999.

Lagabrielle, Renaud. Représentations des homosexualités dans le roman français pour la jeunesse, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2007.

Lardellier, Pascal et Michel Melot (dir.). Demain, le livre, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2007 ; Pascal Lardellier et Michel Melot, « Le livre au défi de la numérisation », p. 9-18 ; Michel Melot, « Les vertus du livre à l’heure du multimédia », p. 19-30 ; Kathleen Tamisier, « Le livre est-il encore à la page ? », p. 31-46 ; Pascal Lardellier, « Pratiques de lectures étudiantes à l’ère d’Internet », p. 47-58 ; Brigitte Chapelain, « La littérature sans livre : dispositif technique, processus d’écriture et textes d’écran », p. 59-76 ; Stéphane Caro, « Un objet hybride : le document numérique », p. 77-86 ; Pascale Gossin, « Lire ou hyperlire, qu’est-ce que ça change ? », p. 87-100 ; Odile Riondet, « Que signifie s’orienter dans le livre ? », p. 101-114 ; Adrian Mihalache, « Dans tous les sens, par tous les sens : lectures de l’hypermédia », p. 115-130 ; André-Pierre Syren, « Vers une bibliothèque de synthèse : architectes et bibliothécaires à l’heure du document numérique », p. 131-156 ; Philippe Ricaud, « Contre le livre : le biblioclasme comme posture intellectuelle », p. 157-172 ; Michel Melot, « Et comment va “la mort du livre” ? », p. 173-193.

Laronde, Michel. Postcolonialiser la haute culture à l’École de la République, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2008.

Lassave, Pierre. Bible : la traduction des alliances. Enquête sur un événement littéraire, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2005.

Le Coq, Sophie. Raisons d’artistes. Essai anthroposociologique sur la singularité artistique, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2002.

Le Quéau, Pierre (dir.). 20 ans de sociologie de l’art. Bilan et perspectives, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2007, 2 vol. ; Volume 1 : Raymonde Moulin, « Réflexions sur vingt années de Sociologie de l’Art » ; Nathalie Heinich, « Vingt ans après… » ; Emmanuelle Sebbah, « 20 ans de sociologie de l’art : quelques repères quantitatifs » ; Jean-Philippe Uzel, « Quoi de neuf depuis Marseille ? Actualité de la sociologie française de l’art contemporain » ; Vera L. Zolberg, « Les peines de la sociologie de l’art aux États-Unis » ; Marina Maguidovitch, « Regards sur la sociologie de l’art en Russie » ; Emmanuel Pedler, « La sociologie de la musique de Max Weber et ses relectures récentes » ; Pascale Ancel, Yvonne Neyrat et Marie-Sylvie Poli, « Pour une approche transdisciplinaire de la réception des œuvres d’art au musée » ; Fabienne Soldini et Sylvia Girel, « Pour une sociologie du fait artistique : à la croisée des sociologies de l’art et de la littérature, de la production et des réceptions » ; Mary Leontsini et Jean-Marc Leveratto, « La littérature et le marché. Internet et la sociologie de la réception littéraire » ; Damien Malinas et Olivier Zerbib, « Happy together : le festival de Cannes en photographies. Témoigner un affect cinématographique » ; Jean-Pierre Esquenazi, « La notion d’œuvre » ; Jean-Paul Fourmentraux, « Les “carrières” des œuvres, objets d’art et de sociologie » ; Julien Grange, « Le social et l’enfant : figure de l’enfant et problématique du changement social chez Louis-Ferdinand Céline » ; Clara Lévy et Alain Quemin, « Quelques réflexions sur les conditions de “faisabilité” d’une sociologie des œuvres » ; Serge Proust, « Les usages de quelques textes classiques. Recherches esthétiques et catégorisations du monde contemporain » ; Hyacinthe Ravet, « Un regard musico-sociologique : observer la mise en place d’une interprétation musicale » ; Florent Gaudez et Cécile Léonardi, « De la valeur de l’œuvre… épistémologiquement assumée par ses célibataires, mêmes » ; Antoine Hennion, « La musique s’écoute-t-elle ? » ; Volume 2 : Norbert Bandier, « Artistes locaux et marché régional des arts plastiques » ; Ève Brenel, « Pour une sociologie compréhensive des mondes de l’art » ; Damien Litzler, « Rythme musical, rythme identitaire, rythme social. Ou comment la Timba cadence les tensions à Cuba depuis les années 1990 » ; Marc Perrenoud, « Les jeux du jazz 1985-2005. Retour sur les “carrières improvisées” » ; Élodie Gauquelin, « La construction sociale de la lisibilité » ; Jeffrey A. Halley, « Dada vu par MoMa. Le discours du musée » ; Olivier Moeschler, « Cinéastes rebelles, experts étatiques du cinéma et la co-construction du “nouveau cinéma suisse”. Pour une sociologie de l’art avec des œuvres » ; Olivier Thévenin, « Qu’est-ce qui concourt à la légitimation des objets artistiques visuels ? » ; Jean-Marc Leveratto et Fabrice Montebello, « Sociologie du cinéma et sociologie des “pratiques culturelles” » ; Roberta Shapiro, « Art et changement social : l’artification » ; Emmanuel Ethis, « Le chassé-croisé des stars et de leurs publics. Pour une sociologie du sentiment d’exister à travers la célébrité d’un(e) autre » ; Laurent Fleury, « L’art, l’émotion et les valeurs. Contribution d’une sociologie des émotions à la sociologie de l’art et de la culture » ; Pierre Le Quéau, « La formation des émotions » ; Anthony Pecqueux et Olivier Roueff, « Pour une sociologie de l’expérience artistique, à travers deux cas musicaux ».

Leblanc, Frédérique. Libraire : un métier, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1998.

Lebrun, Barbara (éd.). Chanson et performance. Mise en scène du corps dans la chanson française et francophone, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2013.

Lerond, Frédéric. Les rapports presse-politique, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1997.

Liot, Françoise. Le métier d’artiste, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2004.

Majastre, Jean-Olivier et Pessin, Alain (dir.). Du canular dans l’art et la littérature. Quatrièmes rencontres internationales de sociologie de l’Art de Grenoble, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1999 ; Jean-Pierre Saez, « Onze thèses sur l’art du canular avec illustration », p. 7-18 ; Jean-Olivier Majastre, « Le canular, le désir », p. 19-26 ; Claudette Oriol-Boyer , « Perec et l’écriture canularesque : l’amitié du scientifique et du littéraire », p. 27-40 ; Florent Montaclair, « La littérature fantastique romantique : entre canular et malversation », p. 41-60 ; Philippe Bourdeau, « L’alpinisme, ou le jeu de la rêverie et du mensonge », p. 61-74 ; Hervé Glévarec, « Du canular radiophonique à l’effet de réel », p. 75-94 ; Jean Caune, « La représentation théâtrale : un canular avec la complicité du spectateur », p. 95-102 ; Yves Chalas, « Du canular dans l’art contemporain et de son intérêt sociologique », p. 103-114 ; Nathalie Heinich, « L’hypothèse du canular : authenticité et gestion des frontières de l’art », p. 115-130 ; Jean-Louis Pelon, « Canular et belle époque : l’affaire Boronali », p. 131-148 ; Alain Mons, « Le jeu de l’insensé. Art et pornographie Made in Heaven Jeff Koons », p. 149-168 ; Jan Marontate, « L’anti-prix comme acte social : vers une esthétique de la subversion », p. 169-188 ; Christian Vogels, « Diderot, Rivette et la Religieuse », pp. 189-208 ; Alain Pessin, « Comment ne pas être Salinger », p. 209-218 ; Marie-Sylvie Poli et Eric Triquet, « Le Kékragône avenionis : un syndrome d’exposition », p. 219-240 ; Gabriel Thoveron, « Perpétuels mouvements des grands héros mytiques », p. 241-254 ; Jean-François Jeandillou, « Inesthétique de la réception (Le canular textuellement) », p. 255-272 ; Jean-Pierre Bernard, « Le grand erratum », p. 273-288 ; Mary Léontsini, « Lecture canularesque du discours idéologique », p. 289-310 ; Bruno Péquignot, « Le sérieux du canular et sa fonction sociale », p. 311-318 ; Claude Orsoni, « De l’universalité du canular… », p. 319-335.

Majastre, Jean-Olivier et Pessin, Alain (dir.). Vers une sociologie des œuvres, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2001, 2 vol. ; Volume 1 : Bruno Péquignot, « La preuve du pudding… » ; Jean-Pierre Esquenazi, « Le monde des œuvres » ; Jacques Leenhardt, « Le non-lieu de l’œuvre. La sociologie face à la notion d’œuvre d’art » ; Gérard Dessons, « L’à-propos du Gréco » ; Pierre-Michel Menger, « Les profils de l’inachèvement. L’œuvre de Rodin et la pluralité de ses incomplétudes » ; Jean-Olivier Majastre, « La belle ou la bête » ; Monique Segré, « De l’objet décoratif à l’“œuvre” » ; Dominique Massonaud, « Regards mis à nu : le risque du Rolla d’Henri Gervex » ; Yvonne Neyrat, « La reproduction interdite » ; Cédric Polère, « L’art contemporain à Thessalonique. Notes sur l’irréductible étrangeté d’une sensibilité à l’art » ; Pascal Ancel, « Sophie Calle : une héroïne contemporaine » ; Jean-Philippe Uzel, « Sociologie de l’indice : l’œuvre de Massimo Guerrera » ; Alain Mons, « La stupeur de l’œuvre “Cindy Sherman” » ; André Ducret, « L’artiste à l’œuvre : une auto-construction de la valeur ? » ; Martine Azam, « La rencontre avec le Musée Khombôl » ; Sandra Vanbremeersch, « L’art contemporain comme lieu d’infiltration de la sociologie : l’intimité sociale redéfinie » ; Virginie Péan, « Le va et vient des plasticiennes entre travail artistique et travaux domestiques : l’art textile par ses créatrices » ; Francine Couture, « Corridart : une “exposition-œuvre” à plusieurs voix » ; Joëlle Deniot, « La chanson réaliste : tension entre le document et l’œuvre » ; Catherine Dutheil, « La chanson populaire, source vive » ; Philippe Rigaut, « Entre révolte et solitude : métamorphoses de la chanson française contemporaine » ; Noëlla Saunier, « L’objet-sujet du tatouage : du corps à l’œuvre » ; Anibal Frias, « Patrimoine et traditions étudiantes à Coimbra (Portugal) : entre art et culture » ; Sylvia Ostrowetsky, « Un géant tombé du ciel » ; Sylvain Fagot, « De la piste à la scène, de l’art à l’œuvre pour l’imaginaire du cirque » ; Volume 2 : Antoine Hennion, « L’œuvre de Bach : la musicalisation du compositeur en France au XIXe siècle » ; Jacques Bocquet, « Drums, drummers, drumming : typologie des batteurs de jazz, frappes et feeling moderne, chabadas et mutations rythmiques » ; Anne-Marie Green, « L’œuvre musicale et le génie comme paradoxe sociologique » ; Muriel Guigou, « Pour une sociologie des œuvres de la Nouvelle danse française » ; Roberta Schapiro, « La transfiguration du Hip-Hop » ; Anne Sauvageot et Jean-Paul Fourmentraux, « Les coulisses du cyberart » ; Gérôme Guibert et David Morin, « Hors jeu, Prolégomènes à une analyse des jeux vidéo : Le cas Tomb Raider » ; Alain Pessin, « Pour une sociologie de l’œuvre de Victor Hugo » ; Nathalie Heinich, « Les histoires de fantômes relèvent-elles de la sociologie ? » ; Laurence Elléna, « Les Rougon Macquart et leur rapport aux Œuvres. Un regard sociologique sur l’art ? » ; Marie-Caroline Vanbremeersch, « Les fleurs littéraires, un objet conceptuel » ; Florent Gaudez, « Opéra Aperta : le texte en action. Intersubjectivité et Dialectique de la transformation : le cas de Marelle » ; Clara Lévy, « Les ouvrages des écrivains juifs contemporains de langue française comme objets sociologiques » ; Alain Guillemin, « Le fil rouge interrompu de la sociologie des œuvres » ; Isabelle Luciani, « Discours collectif et enjeu de mémoire dans Le Baudrier du sacre de Louis Le Juste, VIII de ce nom Roy très chrestien de France et de Navarre (Aix, 1623) ; Claude Fintz, « Ouvrir l’œuvre et démêler ses imaginaires » ; Bernard Poche, « La sociologie des œuvres entre l’auteur révélateur et la société révélée : Visconti et la société italienne » ; Olivier Thévenin, « L’auteur et la réputation artistique. Le cas Jean-Luc Godard » ; Christophe Lamoureux et Christian Vogels, « Premiers films, premières œuvres ? Angers regard le jeune cinéma européen au Festival “Premiers Plans” » ; Dominique Cochart, « Une figure de l’intime et du politique : Les dockers de Liverpool de Ken Loach » ; Nathalie Bilger, « L’œuvre sert l’œuvre : un exemple cinématographique » ; Alain Quemin, « Quelques remarques sur l’intérêt et les limites de la sociologie des œuvres. Réflexions à partir du film de Pedro Almodovar Tout sur ma mère » ; Howard S. Becker, « L’œuvre elle-même » ; Raymond Moulin, « Postface ».

Michaud, Thomas. Prospective et science-fiction, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2011.

Moreau de Bellaing, Louis. L’enthousiasme de Madame de Staël, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2007.

Moreel, Camille. 1880 à travers la presse : dialogues et démocratie, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1997.

Mouaci, Aude. Les poètes amateurs. Approche sociologique d’une conduite culturelle, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2001, 368 p.

Mouchtouris, Antigone. Sociologie du public dans le champ culturel et artistique, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2003.

Mouchtouris, Antigone. Sociologie de la culture populaire, préface de Bernard Valade, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2007.

Moulin, Raymonde (dir.). Sociologie de l’art, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1999 ; Erhard Friedberg et Philippe Urfalino, « La décentralisation culturelle au service de la culture nationale » ; Pascal Ory, « Politiques culturelles avant la lettre : trois lignes françaises, de la Révolution au Front populaire » ; Rosanne Martorella, « Government and corporate ideologies in support of the arts » ; Pierre Grémion, « Les centres culturels français en Europe dans les années 70 » ; Catherine Dallé, « Patrimoine et développement culturel » ; Diana Crane, « Avant-garde Art and Social Change. The New York Art World and the Transformation of the Reward System, 1940-1980 » ; Frédérique Patureau, « L’Opéra de Paris ou les ambiguïtés de l’enjeu culturel » ; Dominique Poulot, « Les mutations de la sociabilité dans les musées français et les stratégies des conservateurs, 1960-1980 » ; Richard A. Peterson, « The Role of Formal Accountability in the Shift From Impresario to Arts Administrator » ; J. Michael Montias, « Flemish and Dutch Trade in Worksof Art in the 16th and 17th Centuries » ; Rémy Ponton, « Romanciers, poètes et auteurs de théâtre : la carrière d’écrivain 1865-1905 » ; Barbara Rosenblum, « Artists, Alienation and the Market » ; Anselm Strauss, « Three Related Frameworks for Studying Artistic Production » ; Michel Melot, « La notion d’originalité et son importance dans la définition des objets d’art » ; Leila Sussmann, « The Work of Making Dances » ; Yann Darré, « Les créateurs dans la division du travail : le cas du cinéma d’auteur » ; Françoise Dubost, « Le traitement du site, logiques savantes et enjeux professionnels » ; Jean-Louis Fabiani, « Carrières improvisées : théories et pratiques de la musique de jazz en France » ; Pierre-Michel Menger, « L’art, objet de science : la recherche et l’expérimentation musicales savantes » ; Nathalie Heinich, « La sociologie et les publics de l’art » ; Philippe Junod, « La perception esthétique comme variable historique » ; Dario Gamboni, « L’iconoclasme contemporain, le “goût vulgaire” et le “non-public” » ; Daniel Russo, « Iconographie et publics en Italie à la fin du Moyen Age XIIIe-XVe siècles » ; François Héran, « Analyse externe et analyse interne en sociologie de la littérature. Le cas de Kafka » ; John Shepherd, « Les exigences d’une sociologie des œuvres musicales le cas des musiques classiques et populaires » ; Antoine Rennion, « La musique est une sociologie : points de méthode, à propos des théories musicales de Rameau » ; Pierre Judet De La Combe, « Sociologie et philologie critiques : A propos de la tragédie grecque » ; Dominique Pasquier, « Lewis Carroll photographe victorien » ; Jacques Leenhardt, « Une sociologie des œuvres d’art est-elle nécessaire et possible ? » ; Priscilla P. Clark, « Une sociologie des œuvres est-elle possible ? Le dossier littéraire » ; Hélène Lassalle, « Les exclusives du discours sur l’art : quelques réflexions sur de récents catalogues d’expositions d’art moderne » ; Fred Davis, « Nostalgic Experience, Art and the Audience » ; Madeleine Akrich, « Le polyptyque de Beaune : la construction locale d’un universel » ; Howard S. Becker, « La distribution de l’art moderne » ; Jean-Claude Passeron, « Le chassé-croisé des œuvres et de la sociologie ».

Munier, Brigitte. Figures mythiques et types romanesques. Essai sur les enjeux d’une sociologie du roman, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2003.

Namer, Gérard. Rousseau sociologue de la connaissance. De la créativité au machiavélisme, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1999.

Nicolas-Le Strat, Pascal. Une sociologie du travail artistique. Artistes et créativité diffuse, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1999.

Nicolas-Le Strat, Pascal. Mutations des activités artistiques et intellectuelles, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2001.

Papieau, Isabelle. La Comtesse de Ségur et la maltraitance des enfants, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1999.

Papieau, Isabelle. La banlieue de Paris dans la bande dessinée, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2001.

Papieau, Isabelle. Images de grand-mères. De l’antiquité à l’époque contemporaine, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2003.

Papieau, Isabelle. Arts et société dans l’œuvre d’Alain-Fournier, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2006.

Péquignot, Bruno. La question des œuvres en sociologie des arts et de la culture, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2007.

Pessin, Alain et Vanbremeersch, Marie-Caroline (dir.). Les œuvres noires de l’art et de la littérature, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2002, 2 vol. ; Volume 1 : Alain Pessin, « Notes introductives pour une sociologie des œuvres noires » ; Jean-Pierre Esquenazi, « Vertigo, une paraphrase du monde hollywoodien » ; Jean-Olivier Majastre, « Le roman noir à l’épreuve de l’art, l’art à l’épreuve du roman noir » ; Fabienne Soldini, « Le thriller, autopsie contemporaine » ; David Le Breton, « Jim Thompson : de la part d’ombre à celle de la nuit » ; Christophe Evans, « Secouer la cendre dans les olives. Une lecture socio-politique de Manchette » ; Gilles Orcel, « Guido Buzzelli et Zil Zelub, et vice versa ! » ; Roger Chamberland, « Le gangsta Rap : une œuvre noire ? » ; Catherine Dutheil, « Notes bleues pour films noirs » ; Béatrice Madiot, « Jazz et polar » ; Anibal Frias, « Figures du déchet dans le roman noir » ; Alain Blanc, « David Goodis, un sociologue à Philadelphie » ; Christian Vogels, « Enki Bilal, genèse d’un Soleil Noir » ; Gérôme Guibert, « La Trilogie chez The Cure ou l’œuvre noire comme rite de passage » ; Dominique Cochart, « Voyage en milieu noir : Jérôme Charyn » ; Enrique Gaston, « L’humour noir en Espagne » ; Jacques Caroux et Rodney Watson, « Marseille sur Izzo. La cité phocéenne sous un soleil d’encre noir » ; Alain Guillemin, « Le polar "marseillais" » ; Bernard Poche, « Les faux romans noirs de M. Belletto, Lyonnais » ; Volume 2 : Pascale Ancel, « Jacques Monory, Meurtre no 1. Le crime était presque parfait » ; Yvonne Neyrat, « Bleu tension » ; Jean-Paul Fourmentraux, « Les pirates du Cyberart : inconfort technique et contamination » ; Frédéric Grao, « Polar et anti-utopies : deux genres littéraires expérimentaux » ; Yann Toma, « Crimes sur commande » ; Joao Miguel Lameiras, « Le polar dans la BD : entre le cinéma et la littérature » ; Isabella Casta, « Les démons de la Belle Époque : l’œuvre au noir de Gaston Leroux » ; Daniel Compère, « Les Mystères de Paris d’Eugène Sue, prémices des œuvres noires ? » ; Valérie de Courville Nicol, « La gouvernance de soi dans trois écrits gothiques anglais » ; Dominique Loiseau, « Noir de femme : conformités et transgressions » ; Joëlle Deniot, « Chansons de la vie en noir » ; Florent Gaudez, « Spinoza encule Hegel. Éléments en vrac pour une Sociocritique des “Fondus au noir” » ; Richard Poulin, « La fascination morbide, les meurtriers en série, fictions et réalités » ; Sylvie Guionnet, « L’énigme policière dans le parcours des lecteurs » ; Sylvia Girel, « Pour une esthétique de la réception des romans noirs de Benacquista » ; Myriam Depuy, « Roman noir jeunesse et culture visuelle » ; Régis Laurent, « Combinatoire narratologique d’un genre pour une analyse sociologique de l’œuvre policière de José Giovanni » ; Fabrice Montebello, « Le film noir : une passion prolétarienne ».

Pilloy, Annie. Les compagnes des héros de B.D. : des femmes et des bulles, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1994.

Plasse Bouteyre, Christine. Les écritures autobiographies chez les professeurs de la Sorbonne 1880-1940. Champ universitaire, champ littéraire, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2008.

Ramognino, Nicole. Lectures actuelles de l’œuvre de Balzac, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2006, 2 vol.

Redon, Gaëlle. Sociologie des organisations théâtrales, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2006.

Rio Novo, Isabel et Vieira, Célia. Inter média. Littérature, cinéma et intermédialité, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2011.

Rogerat, Marie-Claude. Les biographies d’artistes. Auteurs, personnages, public, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2010.

Sayre, Robert. La sociologie de la littérature. Histoire, problématique, synthèse critique, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2011.  

Torres, Anita. La science-fiction française. Auteurs et amateurs d’un genre littéraire, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1998.

Trepos, Jean-Yves. L’écriture de la sociologie. Essai d’une épistémologie du style en sciences sociales, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2011.

Vanbremeersch, Marie-Caroline. Sociologie d’une représentation romanesque. Les paysans dans cinq romans balzaciens, préface de Trinh Van Thao, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1997.

Verdrager, Pierre. Le sens critique. La réception de Nathalie Sarraute par la presse, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2001.

Zima, Pierre. Manuel de sociocritique, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2000.

Zima, Pierre. Pour une sociologie du texte littéraire, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2000.

Zima, Pierre. L’ambivalence romanesque : Proust, Kafka, Musil, éd. revue et augmentée,Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2002.

Zima, Pierre. Texte et société. Perspectives sociocritiques, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2011.