DÉFINITION

Employé par les sociologues de la littérature pour penser l’organisation de l’activité littéraire au sein des sociétés modernes, le concept d’autonomie tend à recouper plusieurs niveaux de sens et à combiner des acceptions parfois divergentes (Aron, 1995 et 2010). Selon l’acception la plus courante, inspirée de la sociologie du champ littéraire, il désigne la capacité du champ à s’autodéterminer et à s’autoréguler en fonction de règles, d’intérêts et de principes de hiérarchisation qui lui sont propres. Cette capacité se traduit par un état d’« anomie institutionnalisée » : la règle du champ est la libre concurrence pour la définition du nomos, du point de vue légitime sur la littérature, sur lequel aucune instance, pas même l’Académie, ne peut revendiquer un monopole. Ainsi les luttes du champ deviennent des luttes pour la définition de la littérature (Bourdieu, 1998).

En ce sens, l’autonomie agit comme force de résistance contre les tentatives qui sont faites pour instrumentaliser la littérature au profit d’intérêts extérieurs (économiques, moraux, politiques, religieux, etc.) au champ littéraire. Lorsque le champ atteint un certain degré d’autonomie, sa structure tend à se répartir entre deux « pôles » : un pôle « pur » ou autonome, où se dispute un capital symbolique (celui-là même qui permet au champ de fonctionner sur sa propre économie et de suivre sa logique spécifique), et un pôle « commercial » ou hétéronome, par où s’infiltrent les influences extérieures.

Plus le champ gagne en autonomie, plus grandes sont les sanctions négatives (discrédit, rejet, etc.) contre les percées hétéronomes ; plus importantes aussi sont les médiations entre l’espace social et le champ, par lesquelles les changements extérieurs (contraintes économiques, bouleversements politiques, etc.) sont retraduits dans la logique et selon les principes de structuration du champ. Ainsi, à rebours des théories du reflet, le principe d’autonomie suppose que les transformations de l’espace social n’affectent jamais directement le champ.

 

HISTORIQUE DES USAGES

L’ambiguïté qui entoure aujourd’hui la notion d’autonomie s’explique en bonne partie par la double tradition, esthétique et sociologique, d’où elle est issue. D’un côté, l’autonomie est un discours sur l’art, une idéologie (Esquivel, 2008) qui oriente la théorie et la production artistique et littéraire moderne en considérant l’art comme étant à lui-même sa propre fin. L’art autonome, c’est « l’art qui est (et doit être) fait, montré et apprécié en regard de ses qualités proprement artistiques, et rien d’autre » (Bellavance, 1995, p. 161). Plus généralement, l’autonomie désigne « l’isolement d’une sphère artistique, capable elle aussi de donner accès à l’Idée, à la Vérité, au Sens, à l’Absolu, et susceptible de rivaliser avec la science et la philosophie » (Jimenez, 1997, p. 91). D’abord formulée par les idéalistes allemands, cette idéologie va connaître plusieurs avatars et déplacements, oscillant entre des expressions matérialistes et idéalistes : l’art pour l’art, la religion de l’art, le formalisme, etc.

D’un autre côté, l’autonomie est un concept mobilisé par la réflexion sociologique pour comprendre le processus de différenciation de sphères d’activité sociale qui s’opère dans le passage des sociétés traditionnelles à la modernité. La structure des sociétés modernes se caractériserait donc par la coexistence d’espaces sociaux relativement autonomes et différenciés au point de vue de leur fonction (un microcosme s’occupant de politique, un autre de droit, un autre de religion, etc.). En ce sens, l’autonomie apparaît ni plus ni moins comme la condition d’intégration de l’art aux sociétés modernes. De Max Weber, identifiant une « sphère de valeurs esthétique », à Pierre Bourdieu (avec le « champ littéraire ») et à Niklas Luhmann (avec le « système de l’art »), plusieurs sociologues ont tenté d’envisager l’art comme un espace relativement clos sur lui-même et obéissant à ses propres règles.

La sociologie du champ littéraire s’est employée à articuler autonomie esthétique et autonomie sociologique. D’après ce modèle, la réalité sociale de l’autonomie soutient les prétentions des artistes à produire des œuvres autonomes et, en retour, l’idéologie de l’autonomie, diffusée à l’ensemble des détenteurs du capital symbolique spécifique au champ, permet d’assurer son autonomie au sein de l’espace social.

 

USAGES ACTUELS

Appliqué à l’espace littéraire, le concept d’autonomie décrit en même temps un type de relation – relation d’indépendance relative à l’égard des autres espaces sociaux – et un mode de fonctionnement – celui d’un espace social capable de s’autodéterminer et de s’auto-organiser. Chacune de ces deux composantes, relationnelle et fonctionnelle, peut à son tour s’évaluer positivement ou négativement et se subdiviser ainsi en deux conceptions. D’après la première, l’autonomie est comprise soit comme souveraineté de l’art sur les autres activités sociales (Bellavance, 1995 ; Esquivel, 2008), soit comme dévalorisation de l’art par une société qui ne lui trouve plus d’utilité (Marx, 2005). D’après la seconde, elle est assimilée ou bien à un système normé axé sur des valeurs spécifiques de singularité (Bénichou, 1973 ; Heinich, 2005), ou bien à une anomie institutionnalisée (Bourdieu, 1998).

D’un côté, en insistant sur la composante relationnelle, on privilégie un usage « dynamique » du concept : l’autonomie, toujours relative, tire son efficacité heuristique de sa mise en rapport avec un principe d’hétéronomie (la morale, le marché, les pouvoirs, etc.). D’un autre côté, en insistant sur la composante fonctionnelle, on incline à faire un usage « statique » de l’autonomie : conçue comme irréversible à l’intérieur d’une certaine structure sociale, elle est pensée en elle-même et pour elle-même.

 

Usages dynamiques 

Dans Les Règles de l’art, Bourdieu a retracé l’émergence, à l’intérieur du champ littéraire, d’un « sous-champ de production restreinte » relativement autonome par rapport au marché car fondé sur son propre (contre-)système économique. Ce système, qui se présente comme une dénégation de l’économie et de ses principales manifestations (célébrité, succès, ventes, etc.), valorise un type de production axé sur le désintéressement et la poursuite d’objectifs spécifiques (exploration de nouvelles avenues artistiques, de formes inédites, etc.). Dans cette économie à l’envers, l’écrivain produit sa propre demande au lieu de se plier aux exigences mercantiles d’une demande préexistante. Ainsi accumule-t-il peu à peu un capital symbolique de reconnaissance par les pairs qu’il peut, à moyen ou à long terme, convertir en pièces sonnantes et trébuchantes afin de cumuler les profits matériels et symboliques (Bourdieu, 1998).

Pascale Casanova et Gisèle Sapiro ont toutes deux tenté de complexifier le modèle théorique de Bourdieu ; la première en étudiant la naissance, sur le long terme, d’un espace littéraire mondial, autonome par rapport aux instances politico-nationales (Casanova, 2008) ; la seconde en s’intéressant aux procès d’écrivains aux xixe et xxe siècles comme indicateurs d’une autonomisation du champ par rapport à la morale publique (Sapiro, 2011).

 

Usages statiques

Le sociologue allemand Niklas Luhmann s’est montré critique envers cette approche dynamique de l’autonomie qui s’avère, selon lui, incapable de penser le rapport de l’espace littéraire moderne à l’espace social autrement qu’en termes d’opposition ou d’exclusion (Luhmann, 1990, p. 193). Dans la perspective systémique qui est la sienne, l’autonomie est plutôt fonctionnelle que relationnelle ; elle ne dépend pas tant des rapports d’opposition entre les sous-systèmes sociaux que de la structure du système social lui-même (Ferrarese, 2007). En ce sens, l’autonomie du sous-système social de l’art ne s’effectue pas contre des déterminations étrangères ou « hétéronomes » ; elle ne fait qu’épouser la configuration d’une société différenciée en systèmes fonctionnels et clos sur eux-mêmes.

D’autres chercheurs issus de divers horizons théoriques ont également fait valoir la portée d’une conception statique de l’autonomie. Ainsi William Marx a pu expliquer la dévalorisation de la littérature par la société comme une réponse à sa demande d’autonomie (Marx, 2005). Dans une toute autre perspective, Guy Bellavance a réfléchi aux contraintes normatives qui pèsent sur les politiques culturelles de l’État dans un contexte d’autonomie artistique (Bellavance, 1995).

 

QUELQUES MISES EN QUESTION

Le concept d’autonomie a connu un succès indéniable dans les théories de la littérature moderne, si bien qu’on a pu lui reprocher d’avoir été considérablement galvaudé (Bellavance, 1995). En effet, employé de manière floue, il peut désigner tout à la fois l’œuvre, l’art, l’espace social de l’art ; un idéal, une idéologie, une réalité.

Pour débrouiller un peu les choses, des chercheurs se sont interrogés sur la signification et la validité de la notion d’autonomie. Ainsi Anthony Glinoer a identifié chez certains théoriciens de l’autonomie (Bourdieu, Barthes et Sartre) une confusion fréquente entre le plan conceptuel (l’art pur) et le plan social (l’espace littéraire autonome), autrement dit entre « une idéologie de circonstance et un fonctionnement objectif » (Glinoer, 2007, p. 42).

Denis Saint-Jacques a montré, à partir de l’exemple québécois, les limites d’une autonomie pensée d’après le modèle d’un art formaliste et dépolitisé tel qu’il s’est manifesté dans le champ littéraire français après la Révolution de 1848. En effet, cette conception de l’autonomie n’est pas exportable aux littératures périphériques : « dans le champ littéraire québécois le débat sur la littérature et celui sur la politique et l’identité “nationales” sont d’abord liés, et l’autonomie du littéraire se fait d’abord avec l’autonomie politique, et non contre le politique » (Saint-Jacques & Viala, 2001, p. 69).

D’autres enfin ont questionné la pertinence du concept d’autonomie pour décrire l’espace littéraire contemporain. Y aurait-il retour à l’hétéronomie ? Pour Patricia Esquivel, l’idéologie de l’autonomie de l’art est morte avec l’avènement de la postmodernité car les trois socles – les trois « univers clos » (l’artiste génial, l’œuvre fermée sur elle-même, le récepteur désintéressé) – sur lesquels elle reposait ont été plus ou moins complètement détruits (Esquivel, 2008). Moins catégorique, la sociologie des champs considère toutefois l’autonomie du champ littéraire contemporain comme sérieusement menacée par l’emprise croissante de l’économie (Bourdieu, 1998, p. 553) et des médias (Bourdieu, 1996, p. 73).

À l’opposé, dans la perspective théorique du système de l’art de Niklas Luhmann, où l’on ne s’intéresse pas aux agents du champ mais à un système clos sur ses propres opérations de communication, il n’y a pas de retour à l’hétéronomie ni d’invasion de valeurs étrangères, mais une autonomie toujours plus grande du fait de la démultiplication des communications sur l’art. Si toutefois, jusque dans les années 1960, le système de l’art se centrait sur les œuvres elles-mêmes, c’est désormais autour d’elles qu’il s’organise (Rampley, 2005, pp. 180-181). Ce qui expliquerait le déclin des théories formalistes de l’art et de l’idéologie de l’autonomie. Ainsi, l’approche de Luhmann ne contredit pas les observations de Bourdieu et d’Esquivel ; ceux-ci assimilent la désertion des valeurs esthétiques pures à une perte d’autonomie, tandis que celui-là sépare clairement, au niveau théorique, l’autonomie du système de l’idéologie de l’autonomie de l’art.

 

BIBLIOGRAPHIE

Aron (Paul), « Sur le concept d’autonomie », Discours social, vol. VII, n°s 3-4, 1995, pp. 63-72.

Aron (Paul), « Autonomie », dans Le Dictionnaire du littéraire, sous la direction de Paul Aron, Denis Saint-Jacques et Alain Viala, Paris, Presses universitaires de France, 2010, pp. 46-47.

Bellavance (Guy), « L’autonomie de l’art à l’ère de l’autonomie de tout. Anomie esthétique et souveraineté de l’art dans la modernité », Société, n°s 15-16, 1996, pp. 157-201.

Bénichou (Paul), Le sacre de l’écrivain, Paris, José Corti, 1973.

Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire [1992], Paris, Seuil, « Points essais », 1998.

Bourdieu (Pierre), Sur la télévision, Paris, Raisons d’agir, 1996.

Casanova (Pascale), La république mondiale des lettres [1999], édition revue et corrigée, Paris, Seuil, « Points essais », 2008.

Cassagne (Albert), La théorie de l’art pour l’art en France chez les derniers romantiques et les premiers réalistes [1906], préface de Daniel Oster, Seyssel, Champ Vallon, « Dix-neuvième », 1997.

Diaz (José-Luis), « L’autonomisation de la littérature (1760-1860) », Littérature, n° 124, 2001, pp. 7-22.

Esquivel (Patricia), L’autonomie de l’art en question. L’art en tant qu’Art, Paris, L’Harmattan, 2008.

Ferrarese (Estelle), Niklas Luhmann. Une introduction, Paris, Pocket, « Agora », 2007.

Glinoer (Anthony), « Romantisme vs autonomie. Notes sur un déclassement », Les Cahiers du xixe siècle, n° 2, 2007, pp. 37-48.

Heinich (Nathalie), L’élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines », 2005.

Jimenez (Marc), Qu’est-ce que l’esthétique ?, Paris, Gallimard, « Folio essais », 1997.

Jurt (Joseph), « Autonomie ou hétéronomie : le champ littéraire en France et en Allemagne », Regards sociologiques, n° 4, 1992, pp. 3-16.

Luhmann (Niklas), « The Work of Art and the Self-Reproduction of Art », dans Essays on Self-Reference, New York, Columbia University Press, 1990, pp. 191-214.

Marx (William), L’adieu à la littérature. Histoire d’une dévalorisation. xviiie - xxe siècle, Paris, Minuit, « Paradoxe », 2005.

Moisan (Clément) et Saint-Jacques (Denis) (dir.), « L’autonomisation de la littérature », Études littéraires, vol. XX, n° 1, printemps-été 1987.

Rampley (Matthew). « De l’art considéré comme système social. Observations sur la sociologie de Niklas Luhmann », Sociologie de l’Art, vol. VII, n° 2, 2005, pp. 157-185.

Saint-Jacques (Denis) et Viala (Alain), « À propos du champ littéraire : histoire, géographie, histoire littéraire », dans Le travail sociologique de Pierre Bourdieu, sous la direction de Bernard Lahire, Paris, La Découverte, 2001, pp. 59-74.

Sapiro (Gisèle), La responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France (xixe - xxie siècle), Paris, Seuil, 2011.

Sapiro (Gisèle), « L’autonomie de la littérature en question », dans Bourdieu et la littérature, sous la direction de Jean-Pierre Martin, Nantes, Cécile Defaut, 2010, pp. 45-61.

Schaeffer (Jean-Marie), « La religion de l’art : un paradigme philosophique de la modernité », Revue germanique internationale, n° 2, 1994, URL : < http://rgi.revues.org/470 >.


Pour citer cet article :

Michaël Fortier, « Autonomie », dans Anthony Glinoer et Denis Saint-Amand (dir.), Le lexique socius, URL : http://ressources-socius.info/index.php/lexique/21-lexique/153-autonomie, page consultée le 23 mai 2017.