Première publication dans Sociocritique (Claude Duchet, dir.), Fernand Nathan, 1979, pp. 3-8.

 

Sociocritique et non la sociocritique : il serait présomptueux de vouloir présenter ici un ensemble doctrinal. Il s’agit plutôt d’un exposé des problèmes posés par le progrès même des recherches relatives à l’analyse sociale et idéologique des textes. Exposé à plusieurs voix : les rencontres franco-américaines qui sont à l’origine de ce livre étaient nées du désir de confronter des expériences différentes, à partir de divers domaines ; du souci de tenir compte aussi bien des ouvertures théoriques et méthodologiques de ces dernières années que des difficultés, des limites, des malentendus ; de la volonté enfin de ne pas se satisfaire de l’acquit et de profiler, s’il se pouvait, quelques nouvelles perspectives d’étude.

Commençons par les malentendus. La fortune du mot est fallacieuse. Le terme de sociocritique (ou de sociocriticism) recouvre aujourd’hui bien des approches, parfois complémentaires mais distinctes. À trop être étendu, il perd toute pertinence et mieux vaudrait sans doute y renoncer, bien qu’il ait pu jouer, à un certain moment, un rôle efficace de clarification. Au sens restreint, rappelons-le, la sociocritique vise d’abord le texte. Elle est même lecture immanente en ce sens qu’elle reprend à son compte cette notion de texte élaborée par la critique formelle et l’avalise comme objet d’étude prioritaire. Mais la finalité est différente, puisque l’intention et la stratégie de la sociocritique sont de restituer au texte des formalistes sa teneur sociale. L’enjeu, c’est ce qui est en œuvre dans le texte, soit un rapport au monde. La visée, de montrer que toute création artistique est aussi pratique sociale, et partant, production idéologique, en cela précisément qu’elle est processus esthétique, et non d’abord parce qu’elle véhicule tel ou tel énoncé préformé, parlé ailleurs par d’autres pratiques ; parce qu’elle représente ou reflète telle ou telle « réalité ». C’est dans la spécificité, esthétique même, la dimension valeur des textes, que la sociocritique s’efforce de lire cette présence des œuvres au monde, qu’elle appelle leur socialité.

Cela suppose la prise en considération du concept de littérarité, par exemple, mais comme partie intégrante d’une analyse socio-textuelle. Cela suppose également la réorientation de l’investigation socio-historique du dehors vers le dedans, c’est-à-dire l’organisation interne des textes, leurs systèmes de fonctionnement, leurs réseaux de sens, leurs tensions, la rencontre en eux de discours et de savoirs hétérogènes. En bref, et par boutade, la sociocritique voudrait s’écarter à la fois d’une poétique des restes, qui décante le social, et d’une politique des contenus, qui néglige la textualité. Elle s’intéresse, bien entendu, aux conditions de la production littéraire comme aux conditions de lecture ou de lisibilité, qui relèvent d’autres enquêtes, mais pour repérer dans les œuvres mêmes l’inscription de ces conditions, indissociable de la mise en texte. Effectuer une lecture sociocritique revient, en quelque sorte, à ouvrir l’œuvre du dedans, à reconnaître ou à produire un espace conflictuel où le projet créateur se heurte à des résistances, à l’épaisseur d’un déjà là, aux contraintes d’un déjà fait, aux codes, et modèles socio-culturels, aux exigences de la demande sociale, aux dispositifs institutionnels.

Dedans de l’œuvre et dedans du langage : la sociocritique interroge l’implicite, les présupposés, le non-dit ou l’impensé, les silences, et formule l’hypothèse de l’inconscient social du texte, à introduire dans une problématique de l’imaginaire. À partir de quoi pourraient, devraient se poser à nouveau, sous un autre éclairage, les questions de la signification, c’est-à-dire de la place et de la fonction de la pratique signifiante nommée « littérature » dans telle ou telle formation socio-historique, qu’elle contribue à constituer et à caractériser. S’il n’est rien dans le texte qui ne résulte d’une certaine action de la société (« en dernière instance », des rapports sociaux de production, qui déterminent aussi la position du sujet), il n’y est rien, en revanche, qui soit directement déductible de cette action. D’où l’importance décisive des médiations entre la base socio-économique, la production de biens symboliques et l’imaginaire du scripteur, mais aussi l’affirmation du caractère concret du symbolique (du travail de symbolisation), et de la réalité de l’idéologie, ce qui écarte a priori l’idée d’une hiérarchie des causalités.

Le champ ainsi ouvert est celui d’une sociologie de l’écriture, collective et individuelle, et d’une poétique de la socialité. La sociocritique ne saurait ignorer les apports parallèles des démarches sociologiques situées en amont ou en aval des œuvres : sociologie des écrivains et des faits littéraires, sociologie culturelle ou sociologie de la connaissance, sociologie de la lecture ou de la réception, mais aussi cette sociologie des médiations qui définit peu à peu ses objets en analysant les appareils et les procédures de légitimation. Elle ne peut d’autre part que souligner sa dette à l’égard des travaux de Lucien Goldmann sans lesquels elle n’aurait pu se définir. La « sociologie dialectique de la littérature », terme préférable à mon sens à celui de « structuralisme génétique », s’efforçait en effet de penser ensemble la relation de l’œuvre avec des totalités englobantes (explication) et les structures internes, les cohérences significatives d’un microcosme textuel (compréhension). À la sociocritique Goldmann a, le premier, donné son principe directeur qui pourrait se formuler ainsi : le texte, rien que le texte mais tout le texte : « Au niveau interprétatif et formel, il importe que le chercheur s’en tienne rigoureusement au texte écrit ; qu’il ne lui ajoute rien ; qu’il en tienne compte dans son intégralité...1 »

L’ambition d’une totalisation sociologique, sur ces bases, du processus esthétique était excessive ; il fallait sans doute l’effort collectif ─ que Lucien Goldmann souhaitait ─ d’une équipe interdisciplinaire. Il convient cependant de rappeler d’une part l’énorme retard, en France tout au moins, de la critique sociologique et des théories du texte à l’époque du Dieu caché, et d’autre part les vives résistances institutionnelles et politiques auxquelles se heurtèrent, en France également, les thèses goldmaniennes, jugées selon les cas trop ou trop peu marxistes.

Pour la référence au marxisme, faut-il rappeler avec Roger Fayolle que l’approche marxiste de la littérature n’est pas « un point de vue parmi d’autres, mais un autre point de vue sur les questions littéraires et esthétiques » ? Et avec Pierre Barbéris qu’il est « absolument inconcevable (ou illusoire ou mystificateur) de parler aujourd’hui d’une critique marxiste constituée ». La sociocritique ne prétend nullement tenir ce rôle, mais s’efforce de contribuer à la mise en place d’une critique matérialiste et au développement de la recherche marxiste. Elle ne pourra avancer dans cette direction que par le dialogue avec les enseignants et chercheurs qui intègrent à leur réflexion et à leur pratique une préoccupation du social, et par la confrontation incessante avec les autres points de vue, sans exclusive. Il est bien certain qu’elle-même est tributaire de ses conditions d’apparition et dénonciation : vague du structuralisme, rejet d’un certain historicisme, essor de la psychanalyse, ébranlement des certitudes dogmatiques, sur fond de crises et de révisions plus ou moins déchirantes. Elle participe donc elle aussi des idéologies « modernistes », et ce n’est qu’insérée dans un processus historique global qu’elle prend sa signification, relative, et non comme vérité a priori, ou comme science du littéraire.

Ces quelques remarques expliquent sans doute le caractère de ce recueil pluriel, polémique, (auto) critique et parfois à distance de son objet, en raison de l’inégal développement de la sociologie littéraire selon les points de départ, les visées et le degré de théorisation de la recherche, en raison aussi d’urgences diverses selon les situations de discours. Les différences d’accent sont précisément la preuve de l’historicité de notre démarche et de nos interrogations. Ma seule inquiétude serait que le terme de sociocritique soit accepté très facilement, néglige la spécificité que j’ai tenté d’évoquer, dispense des concepts à élaborer et prenne seulement, par effet de mode, le relais d’un sociologisme périmé. Il est rassurant à cet égard que plusieurs évitent le mot ou ne l’utilisent qu’avec réticence. À relire et à ordonner l’ensemble de ces contributions, je constate cependant une avancée certaine vers une pertinence d’emploi. Plus d’exigence aussi vis-à-vis des notions reçues et l’insistance sur trois points : le sujet, l’idéologie, les institutions.

Du point de vue sociocritique, l’accent n’est pas mis sur l’auteur, mais sur le sujet de l’écriture, qu’on ne peut évacuer en parlant de sujet de classe. Engagé dans un procès de production, dans le concret d’une pratique, le sujet textuel est à reconnaître dans les clivages sociaux et idéologiques, travaillés dans et par l’imaginaire, qui le font exister aussi comme tel. Au cours des débats ont été mis en cause l’individu interpellé d’Althusser, tout comme le sujet lacanien, pris aux rets du symbolique, ou le locuteur universel idéal de Chomsky. Un collègue américain pose crûment la question : « On se demande pourquoi les êtres humains sont devenus des ombres d’entités théoriques ». La sociocritique ne peut ignorer un tel avertissement. Elle a pour le moment plutôt une perspective qu’une théorie du sujet, et devra décider d’un problème d’identité, qui demeure une zone encore aveugle, que le sujet visé soit, en dernier recours, la société, ou le texte même.

Pour l’analyse institutionnelle, la préoccupation en est assez nouvelle, quoique manifeste depuis quelques années chez les sociologues et les historiens de la culture, et plus ou moins présente dans toute théorie des médiations. La question est complexe, puisqu’il s’agit aussi bien de ce qui institue le texte en tant que « texte littéraire » en fonction de normes génériques, de codes d’acceptabilité, de contraintes formelles, que de ce qui le conditionne a priori (le comment, pourquoi, par quoi devient-on écrivain, envisagés en termes d’autonomisation et de légitimation, donc d’intégration à un groupe), et enfin de ce qui, historiquement, l’institutionnalise, le refoule, l’annule ou le marginalise selon des modalités, d’inclusion et d’exclusion (voir sur ce point la contribution de Roger Fayolle). Dans la stricte logique de son propos, la sociocritique devrait essentiellement s’attacher aux traces que laissent dans les textes les pressions et les pratiques institutionnelles, y compris les modèles ─ ou contre-modèles ─ culturels et scolaires. Mais ne faut-il pas poser en même temps la question inverse, de la marque du texte dans les institutions, autrement dit de la fonction sociale de la production textuelle ? Pierre Kuentz rappelait dans la discussion l’intérêt de cet avertissement de Walter Benjamin : « Avant de nous préoccuper de la situation de l’œuvre d’art à l’égard des institutions, nous devrions nous préoccuper de la place des œuvres d’art dans les institutions ».

Quant à l’idéologie ─ aux idéologies, à l’idéologique ─ il était inévitable enfin que la chose ou le mot fussent au centre de nos rencontres. Et de fait presque tous les participants ont abordé ce pont-aux-ânes, mais avec plus ou moins de réticence ou d’esquive. Les références canoniques ont été rappelées, mais le déplacement nettement suggéré, d’une part d’un simple système de représentations vers des processus conflictuels, concrets, actifs, instables, où le lecteur est engagé, d’autre part de l’Idéologie allemande vers le livre III du Capital. La discussion a mis en évidence que le mot d’idéologie ne pouvait se concevoir, dans le travail de Marx, que relativement à la lutte des classes, et que Marx n’emploie le terme que pour décrire les effets spécifiques de l’idéologie bourgeoise. À la limite, l’analyse du fonctionnement des formes et des rapports de production peut dispenser d’y recourir. Il importe, en tout cas, de savoir de quoi on parle. Telle récente Histoire des idéologies est en fait une histoire des cultures. L’idéologie n’est pas non plus Weltanschauung ni même « vision du monde », elle ne se réduit pas à un phénomène d’optique (image inverse, brisée, distancée). Et de quel lieu de vérité déciderait-on de lire en clair l’idéologie, de quel réel l’illusion ? « Maladies du sujet ou condition du discours », cette formule abrupte, entendue lors d’un autre colloque, résume, à mon sens, le débat. Je dirai pour mon compte que nous sommes tous « malades », que l’idéologie est une dimension de la socialité, née de la division du travail, liée aux structures de pouvoir, qu’elle est condition mais aussi produit de tout discours.

Le problème pour la sociocritique serait alors celui d’une spécificité du travail fictionnel (poétique) par rapport aux énoncés qui traversent le texte. Ce qui ne veut pas dire que ce travail fictionnel échappe aux luttes idéologiques réelles et qu’il n’en soit pas lui-même une manifestation, mais qu’il peut contredire tel ou tel contenu qu’il met en forme, rendre problématique un projet idéologique, notion définie par Pierre Macherey comme la prise de position sous la forme d’un discours à l’intérieur d’un champ conflictuel. Même dans le roman à thèse (étudié par Susan Suleiman) où le projet prend la forme d’une déclaration massive, un certain dialogisme s’instaure qui conteste la thèse. Les mises en garde portent donc surtout contre un emploi vague du mot. Il importe, pour ceux qui ne craignent pas d’y avoir recours, de lui rendre sa charge d’agressivité et, plus précisément, sa valeur topique, d’en faire un point de départ et non une fin. À cet égard la sociocritique ne saurait se restreindre à une lecture de l’idéologie. Le raccourci dangereux serait de couvrir de ce terme tout le social simplement retrouvé dans le texte, ou de n’y voir que le dépôt de la doxa. L’argumentation minutieuse et provocante de Bernard Valette, dénonçant, à la suite de Jean Molino, l’échappatoire des connotations ou des tautologies de « l’idéologie dominante », doit être prise au sérieux. Même ceux des « littéraires » qui entendent par idéologie, avec Louis Althusser, « un système (possédant sa logique et sa rigueur propres) de représentations (images, mythes, idées ou concepts selon les cas) doué d’une existence et d’un rôle historique au sein d’une société donnée », sont loin, me semble-t-il, d’en tirer toutes les conséquences et toutes les exigences programmatiques. Il suffira ici d’évoquer les tâches que, sur la base de cette même définition, Georges Duby proposait naguère aux historiens pour l’étude des corrélations entre les idéologies et la pratique sociale, entre « les structures matérielles » et les mentalités2.

« Tout penser historiquement, voilà le marxisme3 », ce rappel, souligné de Pierre Vilar, dans une discussion serrée des positions althussériennes, n’est pas inutile, puisque l’Histoire est demeurée la grande absente de ces rencontres en ce sens que, même quand elle était nommée, elle manquait à sa place. J’entends par là une histoire à construire, où la littérature tiendrait sa place, aussi étendue que celle des phénomènes sociaux auxquels elle participe. Observés dans l’espace du texte, ces phénomènes n’y sont pas déshistorisés. Le texte historise et socialise ce dont il parle, ce qu’il parle différemment ; sa cohérence esthétique (sa différence) est tributaire de conditions contingentes du scriptible comme du lisible. D’autre part, il ne vit que par ce qu’il produit, de lectures, d’effets, de réécritures. Il n’est pas à cet égard d’une autre nature que ces objets divers, ponctuels et sériels, matériels et symboliques, dont l’Histoire fait et refait incessamment son propre texte.


Notes

  1. Goldmann (Lucien), Structures mentales et création culturelle, Paris, éd. Anthropos, 1970, p. 468.

  2. Duby (Georges), « Histoire sociale et idéologies des sociétés », dans Faire de l’histoire, sous la direction de Jacques le Goff et Pierre Nora, t. 1, Paris, Gallimard, 1974, p. 249 et suivantes.

  3. Vilar (Pierre), « Histoire marxiste, histoire en construction », ibid., p. 208.


Pour citer cet article :

Claude Duchet, « Positions et perspectives », réédition sur le site des ressources Socius, URL : http://ressources-socius.info/index.php/reeditions/18-reeditions-d-articles/182-positions-et-perspectives, page consultée le 24 mai 2017.