Marc Angenot et Janusz Przychodzen, Bibliographie de la sociocritique et de la sociologie de la littérature, Montréal, Discours social, 2002.

Présentation

Nous présentons ici1 une bibliographie internationale sélective, de longueur moyenne – c’est-à-dire conçue pour l’usage pratique et sans visée d’exhaustivité – de la sociologie de la littérature et de la sociocritique des textes littéraires. Un tel instrument de référence et de recherche manque actuellement et il sera utile à de nombreux chercheurs et étudiants. Internationale : ceci veut dire – et la glose est restrictive – qu’on a surtout relevé les travaux importants dans les différentes langues de l’Europe et des Amériques (en accordant cependant une part sensiblement plus large aux écrits de langue française). Sélective : cela veut dire : un choix raisonné, fondé sur une bonne connaissance du domaine, mais qui reste dans une certaine mesure subjectif. Ce qu’il faut donc expliquer aux usagers de ce travail, ce sont les limites qu’on s’est fixées. Les entrées bibliographiques retenues pourraient se ranger sous cinq rubriques principales:

  • Bibliographies pertinentes (relevées séparément dans la section I),
  • Sociologie de l’institution et de la vie littéraires2,
  • Sociologie de la lecture,
  • Analyses socio-historiques des paralittératures et des genres non-canonisés,
  • Analyses de corpus littéraires comme expression ou support d’idéologies,
  • Sociocritique des textes (au sens que délimitent les travaux théoriques de Claude Duchet, Edmond Cros, Pierre Zima et des chercheurs du CIADEST).

Peu d’articles isolés ont été retenus3 ; on trouvera surtout ici des livres, des recueils collectifs et des numéros spéciaux de périodiques. Les ouvrages sont signalés d’abord dans leur version originale ; la traduction française et éventuellement anglaise est signalée à la suite. Des travaux de synthèse sur les doctrines et doctrinaires de l’esthétique marxiste sont signalés, mais ils sont limités en nombre. De même on a limité à quelques titres importants les ouvrages portant sur d’autres théoriciens influents de la critique sociologique. On n’a enfin retenu dans toute cette bibliographie que des études de portée théorique générale et/ou se référant à des littératures modernes ou contemporaines4.

On aurait pu retenir certains ouvrages d’herméneutique qui s’inscrivent dans des perspectives socio-historiques, certains écrits de sociologie de la connaissance qui tiennent spécialement compte de la forme de « connaissance » artistique et littéraire, certains travaux qui se servent de « documents » littéraires pour éclairer des questions sociologiques ou historiques, mais il fallait fixer en un point donné des exclusions et des limites qui demeurent – nous le savons – discutables.

Pour les travaux inspirés de la théorie de la réception, pour la recherche sur le phénomène de la lecture, pour les analyses intertextuelles de textes, pour certains travaux de sémiotique générale de la culture (on pensera aux recherches et propositions théoriques de Iurii Lotman ou d’Algirdas J. Greimas par exemple), on n’a retenu que ceux qui ont une dimension sociologique et historiciste développée et explicitée, qui sont aussi ceux qui nous paraissent avoir influencé la sociocritique.

On a enfin signalé également quelques ouvrages importants sur la littérature en relation avec des doctrines politico-littéraires officielles et des directives d’État – notamment le réalisme socialiste. Il s’agit bien ici en effet d’une question d’histoire sociale du fait et de la production littéraires.

On a inclus les livres et travaux collectifs sur les genres « populaires » et non-canoniques qui se posent la question de la « socialité » de ces genres paralittéraires et/ou la question sociologique de leur diffusion et réception. On a cependant totalement éliminé les livres de sociologie de la culture de masse, de la culture populaire en dépit du fait qu’ils comportent fréquemment des données commentées sur l’imprimé de fiction. Il ne faudrait pas non plus ignorer dans ce domaine, contiguës à nos préoccupations et à celles d’une sociologie des imaginaires collectifs, les sociologies du cinéma5, du feuilleton télévisé, de la bande dessinée, etc. Dans le cadre de cette bibliographie, l’objet « littérature » se restreint pour nous à l’imprimé. On a choisi en outre de ne retenir comme relevant de ladite « littérature », – ceci toujours dans le contexte de cette bibliographie et de façon banalement conventionnelle, – que les formes narratives et fictionnelles, poétiques et dramatiques6, dans leur rapport éventuel avec d’autres secteurs et autres genres du discours social ; on a donc négligé, on a totalement exclu les travaux d’analyse du discours et d’Ideologiekritik dont certains sont proches par la problématique et les méthodes d’analyses issues de la recherche littéraire, notamment sociocritique, et portent sur des genres historiographiques, prosopographiques, mémorialistes, politiques et propagandistes, publicistiques, etc. qui ne sont pas étrangers à une conception large et sans à priori de ce qui peut relever de la « littérarité ». Le CIADEST a d’ailleurs publié L’Analyse du discours : bibliographie de travail comportant plus de mille titres indexés (1992), présentée et compilée par Marc Angenot, laquelle complète à cet égard la présente bibliographie.

La bibliographie qui paraît aujourd’hui résulte de corrections, additions (et suppressions) successives à une première bibliographie – annotée celle-là – publiée en 1977 et signalée dans la section I ci-dessous. M. Janusz Przychodzeń a systématiquement complété ces données en vérifiant de nombreuses sources contemporaines.

Nous remercions le Prof. Darko Suvin qui a opportunément signalé quelques erreurs et omissions du côté notamment des entrées de langue anglaise.

Montréal, le 24 janvier 1994.


Notes

  1. Ce travail a également été publié sous la forme d’un cahier de recherche du CIADEST, en 1994 ; des additions ont été apportées en 1995. Le cahier est épuisé.

  2. Mais on pourrait ajouter ici un très grand nombre de travaux monographiques sur des éditeurs, des revues, des dispositions juridiques relatives au livre et à l’imprimé, des « procès littéraires » et des dispositifs de censure… D’autre part, dans le domaine de la vie littéraire, certains ouvrages classiques, en dépit du fait qu’ils ne développent pas une perspective proprement sociologique sont précieux. On songe à la Vie littéraire en France au Moyen Âge de Gustave Cohen (Paris, Tallandier, 1949), à la Vie littéraire au XVIIème siècle de Georges Mongrédien (Paris, Tallandier, 1947)…

  3. En principe et sauf erreur, pas les articles repris ultérieurement dans des livres mentionnés.

  4. Autrement dit, on ne trouve pas ici les travaux portant sur des périodes antérieures à l’âge classique, au XVIIème siècle – hors ceux qui, comme le Rabelais de Bakhtine ont eu une influence déterminante par les concepts théoriques qui s’y développent. Ainsi, les travaux des médiévistes – qui pourtant de Gustave Cohen à Paul Zumthor, n’ont jamais isolé la littérature des grands faits civilisationnels et sociaux du Moyen Âge – sont-ils totalement absents. De même pourrait-on relever certains travaux proprement de « sociocritique » sur l’Antiquité classique et ses littératures…

  5. II y a même à proprement parler une sociocritique du récit cinématographique où figureraient certaines études publiées par le CERS de Montpellier. Elle devrait faire l’objet d’une bibliographie particulière de même qu’on pourrait relever un jour les analyses, trop peu nombreuses, de l’interdiscours – ou de l’intersemiosis – cinéma/fiction imprimée.

  6. Et dans une faible mesure la sociologie de l’essai et des genres littéraires « d’idées ».